Morice Bênin

horizontal rule

Site officiel : http://www.moricebenin.com

Sites conseillés : http://www.pressibus.org/chanson/benin_morice/index.html

Mes amis

Album : "Peut-être (1)" (1973)

 

Mes amis sont politiques ou ne sont pas

Ils virevoltent leurs idées comme des balles de ping-pong

mes amis sont excentriques ou ne sont pas

sont décorés par le désordre du marginal codifié

mes amis sont utopiques ou ne sont pas

ils élaborent une autre vie et le meilleur y croient...

et ce qui est marrant c'est que je ne peux pas me passer d'eux

quand ils viennent avec leur gueules chaudes et leur façon d'y croire

mes amis sont des ignares ou ne sont pas

ils vivent bien serrés dans leur bêtise partagée

mes amis sont des miroirs ou ne sont pas

ils me regardent chaque fois que je les regarde vieillir

mes amis sont sexuels ou ne sont pas

quand ils ont besoin d'aimer alors ils pissent sur les tabous

et ce qui est marrant c'est qu'on ne peut pas se passer d'elles

quand elles viennent avec leur ventres chauds et leur façon d'étreindre

mes amis sont tortionnaires ou ne sont pas

ils limogent toutes les lois qui ne peuvent se justifier

mes amis sont sont faits de terre ou ne sont pas

ils se plantent des senteurs et récoltent des folies

mes amis sont espiègles ou ne sont pas,

ils s'amusent à dépecer toutes les palmes académiques

car ce qui est marrant c'est qu'ils se marrent par dessus tout

quand ils viennent de leurs congrès sérieux où l'on bêlent ensemble

mes amis sont des enfants ou ne sont pas

ils dessinent de la musique et tissent des chansons

mes amis sont fragiles ou ne sont pas

ils se cassent la gueule périodiquement

car mes amis sont des roseaux ou ne sont pas

et se plissent lentement quand souffle le vent de l'amour

car ce qui est marrant c'est qu'ils aiment par dessus tout

quand ils viennent avec leur gueules chaudes et leur façon d'y croire

mes amis sont au nombre incalculable ils foisonnent à l'aube d'un espoir

et s'agitent lorsque le dérisoire prend force de loi

et hurlent lorsque l'intolérable nous fabrique un progrès dégueulasse...

...un progrès atomique, un progrès bureaucrate, un progrès de fric,

un progrès technocrate, de gadgets électriques,...un progrès de MERDE

Où rien n'est libre,

ni l'herbe de pousser,

ni l'eau de s'étioler,

ni l'arbre de craquer,

ni l'animal de vivre,

ni l'homme de le dire

Mes amis sont à ta porte ou ne sont pas vas tu ouvrir ou ne vas tu pas...

Ils annoncent l'impossible ou plutôt

ce que les gens sensés, sérieux, responsables appellent

"L'IMPOSSIBLE"

 

Après le déluge

Album : "Après le Déluge"

Ils ont osé donner de la farine de cadavres
A des bovins végétariens de pères en fils
Nous avions ça dans nos assiettes depuis longtemps
Et nous l’apprenons aujourd’hui
Un petit scandale pour mieux nous mettre en appétit
Un Big Brother qui nous mitonne notre déviance
Avant le plat de résistance
Ils ont osé prendre en otage nos paysans
Des pactisants, chefs d’entreprises, gros exploitants
Prions sournois des comptes bancaires
Qui les poussent à s’endetter jusqu’à la moelle
Un petit nitrate pour mieux défolier la potasse
Et les voila fatalement tous solidaires
Du puissant lobbying mortifère
J’aurai du faire une chanson d’amour
Ça ne mange pas de pain
Ça plait même au mandarin
C’est unanime ça fait du bien
Mais ils ont osé derrière leur paravent scientiste
Dresser des plans prévisionnellement empiriques
Jouant les apprentis sorciers depuis trente ans
Dans leurs labos apoplectiques
Devenus tacherons pour de grosses multinationales
Sous la bénédiction vénale
de quelques politiciens lampistes
Ils ont osé entailler la couche d’ozone
Piller nos forêts millénaires
Stocker leurs étrons nucléaires
Occident chauffé à blanc
Jusqu’à Wall Street pour de gros profits à court terme
Ils scient allègrement la branche
Sur laquelle ils se partagent le butin
En prédateur
Leur faim justifiant nos grands leurres
J’aurai du faire une chanson nature
Le consensus aurait un goût de moisissure
Et je pourrai payer mes factures

Si notre univers se rétrécit
Jusqu’au mouchoir de nos familles
Si notre citoyenneté ne pèse plus lourd dans ce défit
Allons vite ouvrir nos fenêtres
parler entre nous, notre frère
Entre naufragés volontaires,
Maquisards post industriel
Oh cette force que l’on sent vibrer
Au pays des petites gens
Tous ces sémaphores éclairés
dans l’épaisseur de nos silences
Simplement obstinément
pour que nos enfants respirent
Une brassée de rêves, d’utopie,
antidotes à cette folie
Un petit espoir pour rendre la Terre à la vie
Une immense conscience planétaire
pour nous rallumer l’infini
Et j’écrirai une chanson d’amour
Petite vie qui prend source au lever du jour
Je m’en retournerai au labour

 

Sous le couvert des bois

Album : "Essentiels" (1991)
 

Tout autour de moi un rideau d’arbres
Bénis soit le chant du merle
Au dessus de la page où j’écris
Le chœur de tous les oiseaux
Tout la haut le coucou
A la tête grise me chante
une promesse de paix
qui me protège Moi qui écrit
sous le couvert des bois
qui me protège Moi qui écrit
sous le couvert des bois

Je me lie aujourd’hui à la puissance du ciel
la lumière du soleil
la blancheur de la neige
la force du feu
l’illumination de l’éclair
à la vitesse du vent
la profondeur de la mer
la stabilité de la Terre
à la dureté des rochers
Je me lie aujourd’hui à la puissance du ciel
la lumière du soleil
la blancheur de la neige
la force du feu
l’illumination de l’éclair
à la vitesse du vent
la profondeur de la mer
la stabilité de la Terre
à la dureté des rochers

(puis paroles en anglais)

 

Retour  Page Inventaire  Retour à la Base thématique