Dardidjenn

horizontal rule

Site officiel : http://dardidjenn.chez-alice.fr/index800.htm

Dans les yeux d'une got

Album : "D'embruns en brumes" (2000)

Je nagerai plus dans le golfe de Gascogne
Je ne plongerai plus en mer d’Iroise
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus, je suis une got
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus, je suis une got
Sur l’océan je vivais tranquille
De vague en vague, d’embruns en brumes
J’aimai pêcher loin des côtes et des îles
Jours de soleil et jours sans lune
J’aimai pêcher loin des côtes et des îles
Jours de soleil et jours sans lune
Parfois je croisai un gros navire
Fouillant la mer au travail
J’évitai le chalut que l’on vire
Et de finir avec la godaille
J’évitai le chalut que l’on vire
Et de finir avec la godaille
Je nagerai plus dans le golfe de Gascogne
Je ne plongerai plus en mer d’Iroise
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus, je suis une got
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus, je suis une got
Mais un jour l’océan a changé
Les vagues bleues sont devenues noires
Et les poissons qui restaient à pêcher
Sentaient la mort et le « Colta »
Et les poisson qui restaient à pêcher
Sentaient la mort et le « Colta »
Dans cette poire nauséabonde
J’étais engluée prisonnière
Et par milliers connurent l’hécatombe
Tous ces oiseaux péris en mer
Et par milliers connurent l’hécatombe
Tous ces oiseaux péris en mer
Je nagerai plus dans le golfe de Gascogne
Je ne plongerai plus en mer d’Iroise
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus, je suis une got
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus, je suis une got
Mais des oiseaux ce n’est pas un carnage
Pour les compagnies pétrolières
Saccagez tout détruisez les rivages
Pourvu qu’on sorte le chiffre d’affaire
Saccagez tout détruisez les rivages
Pourvu qu’on sorte le chiffre d’affaire
Cette histoire je ne l’ai pas inventée
Je l’ai subie comme tant d’autres
Je l’ai trouvée dans les yeux d’un got
Un 5 décembre mazouté
Je l’ai trouvée dans les yeux d’un got
Un 5 décembre mazouté
Je nagerai plus dans le golfe de Gascogne
Je ne plongerai plus en mer d’Iroise
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus, je suis une got
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus, je suis une got

Je nagerai plus dans le golfe de Gascogne
Je ne plongerai plus en mer d’Iroise
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus, je suis une got
Je ne pêcherai plus sur les bancs de Belle-Ile
Je n’irai plus
Je suis mort

Marie-Lison

Album : "D'embruns en brumes" (2000)

Ecoutez cette chanson braves gens de la côte
Qu’on chantait cette saison chez Marie-Lison
Et à l’auberge des jolis flots il n’y a plus personnes
Sont partis les matelots loin du « cargolot »
Ne pleurez pas Marie-Lison, ne fermez pas la porte
Quand s’en ira ce goudron ils vous reviendront
Ce goudron ne s’en ira pas et même s’il se taille
Tu sais trop bien mon petit gars il en reviendra

Vois tu pas sur l’océan ces marins étranges
Sur leur sale bateau géant
? des tourments
Ces gens là se moquent de nous
Se fichent bien des mouettes
Pourvu qu’ils gagnent plein de sous
Se moquent de tout
Et à l’auberge des jolis flots il n’y a plus personnes
Sont partis les matelots chercher du boulot
Sur la plage il y avait une mer bizarre
Pleine de goudron épais et un monde crevait

Cargos de misère

Album : "Les gens d'ici, légendes de mer" (2001)

Cargos de misère
Sillonnent les océans les mers
Marins dans la galère
Pour cargaison délétère
Armateurs milliardaires
Abritent leurs comptes bancaires
En républiques bananières
A eux les bonnes affaires

Ils s'appellent Victor
Ou pourrissent au fond des ports
Leur coque pisse la rouille
Leur pavillon c'est la magouille
Maltais, panaméen
Colombiens ou coréens
C'est du pareil au même

Sous-marins nucléaires
Des forces militaires
remplissent les cimetières
De tous les péris en mer
Mat'lots que pleurent des mères
Enfants qui restent sans père
Amiraux de carrière
Qui jouent une drôle de guerre


De Mourmansk à Bombay
Naviguent des poubelles
De Java à Galway
C'est pas la mer qui est cruelle
Marin tu joues ta peau
Sur de vétustes rafiots
Pour un salaire de misère

Cargos de misère...
... A eux les bonnes affaires

Ils flottent plus qu'ils naviguent
Une fois passées les diques
Peinant face à la brise
de leur machine poussive
Ils sombrent quelquefois
Et disparaissent parfois
Avec leur équipage.
Ils sombrent quelquefois
Laissant sur l'océan
Leur vie et leur mirage
 

Retour  Page Inventaire  Retour à la Base thématique