Philippe Forcioli

horizontal rule

Site officiel : http://sitephilippeforcioli.free.fr/

Contact avec l'artiste : forciolichante(arobase)club-internet.fr

Le temps des bleuets

Album : "Le temps des bleuets" (1989)

Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets
Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets
Il n’y en a plus dedans nos terres
Il n’en est plus aux champs de blé
Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets

Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets
Ça voudrait dire que la terre est sauvée
Que la chimie que la finance
N’ont pas tout tout à fait bouffé
Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets

Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets
Petites étoiles à la crinière du mois e mai
Coquelicot de sang mon frère
Tu as bien fait de résister
Si le retour du petit frère est annoncé

Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets
Tous les enfants les pauvres ont droit à leurs bouquets
Pour les mamans les filles les vierges
Ce brin de printemps en beauté
Ce doux baiser couleur de ciel les bleuets

L’un dit : « c’est pas demain a veille »
Un autre : « c’est hier déjà »
Il est grand temps que la merveille
Reprenne sa place ici-bas

Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets
Et l’on verra tous les poètes décorés
D’une turquoise végétale
De l’ordre de la fleur des prés
« Est-ce un lapi-lazuli ? Non, c’est un bleuet ! »

Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets
Oui c’est une obsession païenne un couplet
Dans les refrains de mon enfance
A tout bout d’champ étaient chantés
Et moi j’imaginais que France était bleuet

Bleuet bleuet bleu et blanc comme Phocée
Le drapeau de Marseille Marieterranée
J’ai beau vous voir fleurir sur mer
Je vous préfère aux champs de blé
Oh j’aimerais tant qu’ils reviennent les bleuets

Oh…….. les bleuets !!!
Milliers de sources souterraines retrouvées
Que sur les chemins on égrène
Simple poème en chapelet
Que reviennent les temps bohèmes
La marguerite dit : « je t’aime »
Le coquelicot : « j’en mourrai »
Et toi qu’en diras-tu bleuet ? (bis)
Et lui et moi :
« Oh ! rien qu’un tout petit bouton d’or à la clé ! ».

Ah, qu'il est bon

Album : "De l'âme aux chants énamourés" (2000)

Ah qu’il est bon de chier dans la nature
L’herbe n’est pas aussi coupante qu’on croit
Bien au contraire trôner dans la verdure
Donne à la fesse un lustre somptueux
Les reflets verts tout autour de l’anus
Se mêlent au bronze qui descend du cul
Ah comme tu es beau pépère quand tu rends à la terre
Ce que tu lui a pris tu la remercies
Ah comme tu es beau pépère quand tu rends à la terre
Ce qu’elle t’a donné contre un peu de fumier
Ah qu’il est bon de chier dans la nature
L’herbe n’est pas aussi piquante qu’on croit
 

La grève des fleurs

Album : "De derrière les fagots, Vol3" (2005)

D’un coup comme ça
C’est arrivé
Les fleurs ont dit :
ASSEZ
Assez des pieds dessus nos têtes
Assez des roues voitures charrettes
Les amoureux les amoureuses les enterrements
D’un coup comme ça
C’est arrivé
Les fleurs n’ont plus poussé !
Ce sont les marchands qui ont fait la gueule
Parce que les promeneurs les paysans disaient :
« C’est encore un coup des saisons
Y’a trop d’usines
Y’a trop d’avions
Y’a trop de saleté dans l’air ! »
Z’avaient pas tort
Mais pour ce qui est de cette affaire
C’était plutôt un coup d’en dessous
Mais ni les engrais
Ni pesticides
Ni toutes ces nécessités acides
Qu’on ingurgite à bonne terre pour l’exploiter
Non c’était que
D’un coup comme ça
C’est arrivé
Les fleurs n’ont plus poussé !
Les marguerites et les dahlias
Les gueules de loup les pétunias
Les patati les patata
Toute la fine fleur de la flore
A laissé seule ce matin se lever
L’aurore
Et pourquoi ?
… Je sais pas…enfin…peut-être
Peut-être un gros chagrin d’amour
Les fleurs sont amoureuses du jour c’est bien connu
Et le jour se lève
De plus en plus gris de plus en plus lourd
La terre est trop lourde elle va craquer
On le sait bien mais à la télé couleur
Sur le petit écran magique
Les fleurs en plastique ça ressort bien
Et puis nos narines ne sentent plus grand-chose
Si ce n’est toutefois le doux parfum des roses
Parce que la rose voyez-vous
C’est la reine des fleurs
Eh bien la reine et ses sujettes
Fleuri fleura fleuron fleurette
D’un coup comme ça
C’est arrivé
Les fleurs n’ont plus poussé
Nous sommes faites pour la fête
Nous sommes faites pour la terre
Et la terre plus rien du tout alors
Adieu les hommes adieu les femmes
Le soleil la lune les étoiles
Adieu le feu adieu le vent
Adieu l’automne et le printemps
Adieu les pieds adieu les têtes
Adieu les roues voitures charrettes
Les amoureuses les amoureux
Les enterrements les p’tits enfants
D’un coup comme ça
C’est arrivé
Les fleurs ont décrété
C’est pas du badinage

GREVE ILLIMITEE
GREVE DU PAYSAGE

Signé : les fleurs.

 

Retour  Page Inventaire  Retour à la Base thématique