L'Homme parle

horizontal rule

Site officiel : http://www.myspace.com/lhommeparle

La crise

Album : "Militants du quotidien" (2009)

Un jour, un jour, un jour la croissance viendra
Un jour mon patron me dira
Allez, je vous augmente aussi
Mais aujourd’hui je vous licencie
Merci aux pros de la langue de bois
Merci aux radins millionnaires
Donnez des pièces jaunes à Carla
Pour qu’elle nous sorte de la galère
Merci aux banques sans foi ni loi
Pouvoir d’achat ne connait pas
La seule bourse assez bien pour moi
C’est celle que je touche à la fin du mois
Alors pour toute l’hypocrisie
Un grand merci à Sarkozy
Grâce à vous tous on se dit
Bon dieu dans quel monde on vit ?

Refrain :
Du FMI au RMI
De l’ISF à SDF
Des ministères à la misère
De la CGT au Medef
Du caniveau à la tête de l’Etat
Retraite chapeau au RSA
De la France d’en haut à celle d’en bas
Il n’y a qu’un pas
Alors on danse
Sur le monde en morceaux
Et la valse commence
Toujours sur le même tempo
Alors on danse
Sur le monde en morceaux
Après tout quelle importance
Pour nous c’est pas nouveau

La vie est pleine de surprises
Surtout pour ceux qui connaissent La Crise
Je lève mon verre à votre santé
Avant qu’on se fasse tous sauter
Moi dans la vie je m’en fais pas
Je bouffe des pâtes à tous les repas
Embrassez pour moi la famille
Pendant que mes frères crient à la famine
Merci Monsanto pour tous tes bons OGM
Merci à Quick et McDo
Pour nous vendre la bouffe qu’on aime
La Course à la consommation
Produit des cons sans sommation
Et vous qui trouvez tout horrible
Moi je dis qu’ensemble tout est possible

C’est pas grave, on vous pardonne
De conduire le monde à sa perte
Bien sur vous avez la donne
Nous on fera avec les restes
Je reprend une part de connerie pour le dessert
Je sais que t’en as marre mais y a que ça qui reste pas cher
Je vous jette pas la pierre
Vous qui bossez comme des fous
Pour nous sortir de la galère
Après tout j’ai voté pour vous
La croisière s’amuse pendant qu’on patauge dans la boue
Excusez-moi j’abuse, je suis dans la merde jusqu’au cou

[Refrain]

Moi La Crise, elle me touchera pas
Et oui je vis au crochet de l’Etat
Je m’en fous, je peux planter ma société
On fera tourner la planche à billets
Sans parachute c’est le crash assuré
A moins d’être un bon pote à Clavier
Le fait du roi est devenu loi
Et ça se passe juste en bas de chez moi
Merci aux ministres de l’ouverture
Qui ont fait de la France une caricature
Merci à tous de nous prouver
Que vous êtes tous dans le même panier
J’aurais voulu être socialiste
Si j’écoutais mes rêves d’enfant
Mais tous ces beaux noms sur les listes
Sont dans le cimetière des éléphants

On bosse dur été comme hiver
Y'a pas de saison pour la galère
Pour les vacances on reste chez nous
Au prix d’ l’essence ? Faudrait être fou !
Expliquez moi, vous à la tête de l’Etat
J’comprend pas j’ai pas fait Sciences Po ou l’ENA
Merci aux puissants pour les 1 %
J’en demandais pas tant
Mon RSA m’attend
De toutes manières qu’est-ce-qu’on y peux
On est pauvres avant d’être vieux
Prends les choses du bon côté
On est vivants qu’est-ce que tu veux de mieux

[Refrain]

Mhhmmm…

(fond sonore)
Le pouvoir d’achat est en berne
Il faut relancer l'investissement
Paradis fiscaux
Paradis fiscaux et bancaires
Déconnectés de la réalité
Surtout ne pas céder à la sinistrose...

 

Quelle terre on va laisser

Album : "Militants du quotidien" (2009)

Laisser, ohohoh, Quelle terre on va laisser

Aux futures générations ?

Laisser, ohohoh, c’est toujours les mêmes

qui vont payer l’addition

 

A chacun sa vie, à chacun ses problèmes

Métro boulot dodo

Toujours la même rengaine

Face à la routine de la vie quotidienne

On fuit la pression en cherchant de l’oxygène

On voyage vers différents paysages

Où l’on s’évade en regardant les reportages

Le vague à l’âme de voir de si belles images

On a envie de chanter  sur des plages de son qui résonnent

Volontiers on s’abandonne

Positive vibration

Alors ensemble on fredonne

 

La Terre va droit au crash

Tant les pollueurs se lâchent

Les bateaux transforment en tâche

Toutes les histoires de clash

Dans le fracas des machines

Les fumées noires des dioxines

Crachées par les tours des usines

Je rêve  qu’une autre ère se dessine

 

Laisser, ohohoh, Quelle terre on va laisser

Aux futures générations ?

Laisser, ohohoh, c’est toujours les mêmes

qui vont payer l’addition

 

Pose un dernier regard sur la terre

Avant qu’elle succombe sous les assauts des Bulldozers

De Puteaux au Grenelle, Y’a de l’arnaque dans l’air

Et c’est pas la faute à Voltaire

Respire un grand coup une envie d’aventure

J’pourrais vite y prendre goût au retour à la nature

Loin, loin, partir aux quatre vents

Sourire au coin des lèvres et j’m’évade en chantant

 

On s’croit à l’apogée de la technique

Malbouffe toxique, dans les champs poussent du fric

Laissez nous respirez, Voudrez tant s’évader

Mais le marchand de sable est passé

 

Laisser, ohohoh, Quelle terre on va laisser

Aux futures générations ?

Laisser, ohohoh, c’est toujours les mêmes

qui vont payer l’addition

 

J’vais regarder les étoiles

Mais la pollution les voiles

Qu’est-ce qu’on a fait pour en arriver là

Justement rien c’est peut-être ça

On Trie, on trie les déchets

Mais c’est loin d’être parfait

Faut pas trop faire couler d’eau

Si tu veux ton diplôme d’écolo

On nous fait la morale

Pour mieux cacher les scandales

Les vrais pollueurs se régalent

Le spectacle est total

 

Quelle terre on va laisser

Aux futures générations ?

On peut toujours rêver

D’oxygène et d’évasion

Quelle terre on va laisser

Aux futures générations ?

Et c’est toujours les mêmes

qui vont payer l’addition

 

 

Retour  Page Inventaire  Retour à la Base thématique