La Ruda Salska

horizontal rule

Site officiel : http://www.larudasalska.com/  

Histoires improbables 

Album : Passager du réel (2000)

Est-ce que l'on peut chauffer l'ambiance comme on réchauffe la planète ?
Est-ce qu'on peut faire monter l'audience comme on fait monter les eaux ?
Comme les marées, j'ai l'humour noir ! Pour faire chavirer les badauds
J'aime narrer des histoires bourrées de jeux de maux
Dès la première, je devrais faire l'effet d'un ouragan
Alors tenez-vous bien les côtes ! Je parle du progrès flagrant
qui se dit d'une génération qui, en un siècle, a laminé
ce qu'une planète a mis des millions d'années à faire naître et germer

 J'aime les histoires, quand elles se finissent mal
 J'aime les histoires, tant qu'elles sont improbables
 J'aime à laisser croire, que le fond de mes fables
 N'est pas illusoire, car meilleur est l'auditoire

Mais ce n'est que fiction
Qui d'ailleurs aurait foi en de si coupables intentions
Puisqu'on vit dans un monde qui n'est qu'idéal
Qui serait assez con pour tuer sa terre natale
Puisqu'elle lui est vitale

Est-ce que l'on peut sauter de joie comme pourrait sauter le monde
Est-ce que le fait de faire la bombe, nous fera rire aux éclats
Les récits ne tombent pas du ciel
Qu'on rit jaune parbleu me rend vert d'être si peu spirituel et drôle
Mais je vais me refaire
Il était une foi, puis une autre, puis tant à la fois
Le mouton demanda aux apôtres qu'ils dessinent le prince de la voie
Comme chacun prêchait le partage
Tout le monde fit Dieu à son image
Comme chacun prêchait la bonté
On ne fit pas mieux que de s'entre-tuer

 J'aime les histoires, quand elles se finissent mal
 J'aime les histoires, tant qu'elles sont improbables
 J'aime à laisser croire, que le fond de mes fables
 N'est pas illusoire, et faire peur à l¹auditoire

Mais ce n'est que fiction
Qui d'ailleurs aurait foi en de telles affabulations
Puisqu'on vit dans un monde qui n'est qu'idéal
Qui serait assez con pour tuer son semblable
Au nom du charitable

Est-ce que c'est le propre de l'homme d'aller salir sa nature
Ou est-ce que c'est dans sa nature d'aller salir par l'opprobre
Plus on est de fous et plus on rie
J'parierai pas que nos enfants auront autant d'humour
Que la connerie de leurs parents
Quant à moi je me retire ! J'entends dire à mon endroit
Qu'mes histoires font rire
Mais ne font rire que moi
J'en avais pourtant moult et pires
Personne n'écoute et c'est vexant
Même pas celle d'un empire dirigé par un texan

 J'aime les histoires, quand elles se finissent mal
 J'aime les histoires, tant qu¹elles sont improbables
 J'aime à laisser croire, que ce ne sont que des fables
 Mais est-ce illusoire, je suis l'avocat du diable
 Je suis l'avocat du diable

 

L'eau qui dort 

Album : 24 images/secondes (2004)

Quand ils la défient
Tous ces grands bateaux sur l’eau
C’est qu’elle dort
Mais qu’ils s’en méfient
Quand elle sort de son lit
De ses draps salis de vaisseaux ingrats
Qui dans son sommeil
En ces rêveries vides gros et gras
Leur mépris. A son réveil
Elle se dresse
Meurtrie et vengeresse …
SOS
A qu’ils sont jolis
Ils ont de la poésie plein la coque
Mais venu le soir
Ils vident leurs encres noires
Erika, Prestige, Amoco Cadiz
Que de noms choisis
De mornes dépouilles en des corps de rouilles
Mes ses proies hantent ses nuits

Elle se dresse
Meurtrie et vengeresse …
SOS

A qu’ils sont jolis
Tous ces grands bateaux sur l’eau
Quand elle dort
Mais qu’ils s’en méfient
C’est pour mieux se réveiller
C’est pour mieux se réveiller
Entendez-la crier
Et entre ses draps souillés

Elle se dresse
Meurtrie et vengeresse …
SOS
Meurtrie et vengeresse …
SOS
La déesse en furie

Retour  Page Inventaire  Retour à la Base thématique