Bernard Noly et Christophe Guilbaud

horizontal rule

Site officiel : Aucun connu

Sale Bonhomme

Album :"De l'air !" (1998)

Sale bonhomme

Qui jette ses trognons de pomme

Ses mégots de cigarettes

Ses papiers ses canetes

Sale bonhomme (bis)

Qui jette ses trognons de pommes

Sale bonhomme (bis)

Et toutes sortes de détritus

Au beau milieu des rues

 

Drôle de manière

Drôle de façon de faire

Tout tout tout tout tout de travers

Drôle de manière

Drôle de façon de faire

C'est vraiment le monde à l'envers

 

Sales manies

Qu'ont les hommes de ce pays

De prendre leurs voitures

Pour n'pas user leurs chaussures

Sales manies (bis)

qui remplissent l'air de fumées

et le rendent pollué

 

Sale époque

où tout le monde se moque

De ce qu'il peut gaspiller

Que ce soit l'eau et le papier

Sale époque (bis)

Qui trouve le gaspi ad hoc

sale époque (bis)

Pour le bois la nourriture

Le pétrole et l'air pur

 

 

Goutte d'eau

Album :"De l'air !" (1998)

Goutte d'eau

Goutte d'eau

D'un océan ou d'un ruisseau

D'une flaque

Ou d'un lac

Le soleil t'attire et t'entraîne tout là-haut

T'entraîne tout là-haut

 

Goutte d'eau

Goutte d'eau

Tu voyages dans de petits nuages

Que le vent

En soufflant

pousse au dessus des mers et des continents

Tout doucement

 

Goutte d'eau

Goutte d'eau

Tombe du ciel en pluie ou en grêle

En flocons

Qui s'en vont

Grossir à nouveau les mers et les cours d'eau

c'est le cycle de l'eau

 

Goutte d'eau

Goutte d'eau

Que tu viennes d'une nappe souterraine

D'un glacier

De la rosée

Douce ou salée goutte d'eau tu es sacrée

Tu es sacrée

 

 

Jardin public

Album :"De l'air !" (1998)

Messieurs les promoteurs

Si vous avez du coeur

Arrêter vos pelles mécaniques

Ne m'privez pas de jardin public

 

Y'a pas que les voitures

Qui ont besoin d'une place

Et coincé entre mes quatre murs

Moi aussi il me faut de l'espace

 

C'est un petit parc

C'est un square

Qui s'ra ma seule échappatoire

 

Comme une oasis dans le désert

Une île au milieu de la mer

Une terre d'asile

Au coeur de la ville

Un p'tit univers

Où j'peux me mettre au vert

Comme tous les citadins

En mal de jardins

 

Messieurs les promoteurs

Z'avez la folie des grandeurs

Moi un banc des arbres et des fleurs

ça suffit à faire mon bonheur

 

J'prends la main de mon grand-père

j'peux rêver le nez en l'air

je peux m'envoler tout là-haut

Même s'il y a des grilles des barreaux

 

Dans mon petit parc

Dans mon square

C'est lui ma seule échappatoire

 

 

Les forêts

Album :"De l'air !" (1998)

Elles sont nées

Il y a des millions d'années

Pour donner à la terre

De grands espaces verts

Qui font de l'ombre et de l'air

A tout l'univers

 

Qu'elles viennent du fond des mers

Qu'elles soient un don du ciel

Les forêts sont providentielles

Il faut que nous sachions

Comme l'oiseau le papillon

Qu'on n'peut pas vivre sans elles...(bis)

 

On le sait

L'arbre ne cache plus la forêt

Mais des maisons qui poussent

Comme des champignons

Il ne reste plus

Que quelques vieux platanes

Pour faire des cabanes

 

Elles nous donnent

Le bois le papier par tonnes

Mais n'y-a-t-il personne

Personne pour nous dire

Que notre avenir

Ne s'ra pas longtemps radieux

Sans un cessez-le-feu

 

Moi je crois

Qu'il faut un Robin Des Bois

Un vrai hors la loi

Qui donne de la voix

Quand les arbres meurent

Parce que personne n'enterre

les haches de guerre

 

Pas sans elles !

 

 

Chasseur d'images

Album :"De l'air !" (1998)

Moi

J'suis qu'un chasseur d'images

Un simple spectateur

De ce monde sauvage

Dont,

Dont, il me faut sans cesse

Protéger les espèces

Qui en font la richesse

 

Quand je parcours

L'univers qui m'entoure

Je regarde d'un mauvais oeil

Ceux qui coupent qui arrachent et qui

cueillent

sans se soucier le moins du monde

Sans s'inquiéter une seconde

Des conséquences futures

De leurs actes contre nature

Sans se soucier le moins du monde

 

J'aime bien garder

Une petite pensée

Pour les lieux que j'ai traversé

Au hasard de mes randonnées

Tous ces souvenirs je les mets

Au fond de mon jardin secret

Dans un coin de ma mémoire

Où j'les retrouve plus tard

Au fond de mon jardin secret...

 

Connaître pour respecter

Tout c'qui nous est donné

C'est ce qu'on doit d'abord apprendre...

 

 

Qu'est-ce que tu jettes?

Album :"De l'air !" (1998)

Produire des déchets quotidiens

Est le propre de l'être humain

A lui de faire

le nécessaire

Pour recycler les résidus

Les débris et les détritus

Avant que le monde ne finisse

Sous une montagne d'immondices

 

Ohooooo Qu'est-ce que tu jettes - jettes et rejettes -  sur la planète

 

Qu'on se le dise

Si chacun n'en fait qu'à sa guise

si les hommes et les usines s'obstinent

Qu'on se le dise

Si chacun n'en fait qu'à sa guise

on peut affirmer

Que la planète court à sa perte

 

Et puisque chaque homme est avide

De tout lisser de faire le vide

Autour de lui

Qu'il fasse le tri

Qu'il mette dans des containers

Le papier le plastique et le verre

Et qu'il s'arrête de polluer

Avec ce qui est usagé

 

Ohooooo Qu'est-ce que tu jettes - jettes et rejettes -  sur la planète

 

On a beau dire on a beau faire

On ne peut pas réduire en poussière

Réduire en cendres

Ce que le monde engendre

Il y aura toujours des matières

des tas de déchets nucléaires

Dont il faudra s'préoccuper

Ne pas laisser proliférer

 

Ohooooo Qu'est-ce que tu jettes - jettes et rejettes -  sur la planète

 

 

Silence

Album :"De l'air !" (1998)

Raffut

Vacarme et cohue

Envahissent les rues

Sans retenue

le concert des avertisseurs

Les moteurs et les marteaux piqueurs...

 

Comment

Vivre dans ce boucan

Ce vrai tintamarre

Ce chambard

Ne vaut-il pas mieux être sourd

Que d'entendre tous ces bruits qui courent...

 

Pauvre de nous

Le bruit est partout

Qui sait encore

Que le silence est d'or

Et que la vie devient plus belle

Lorsque baisse le taux des décibels

 

Machines

Sirènes et bruits d'usines

ça fait du tapage

Qui se propage

Se diffuse à travers les airs

Et qui vient nous taper sur les nerfs

 

Là-haut

Même les oiseaux

ne sont pas en paix

Il est vrai

Tous les jours ils croisent des avions

qui dépassent le mur du son

 

Pauvre de nous

Le bruit est partout

Fuir ce vacarme

Retrouver son calme

loin de la vile

Se laisser tranquille

Qui sait encore

Que les silence est d'or

 

 

L'écolocolo

Album :"De l'air !" (1998)

Si on tient vraiment à la vie

Faut être écolocolo

Economiser l'énergie

L'eau être écolocolo

Dépenser toute son énergie

Pour l'écolocolocolo

Pour l'écologie

 

Et que vienne le règne du Roi Soleil

qui bruille

Sans que jamais oh jamais ne se gaspille

Son énergie

Le règne du Roi Soleil qui brille

 

Cette calvitie qui envahit petit à p'tit

La terre

Elles se moque bien des hommes

Et passe les frontières

Du planisphère

Cette calvitie

Elle envahit

 

Si on nous pollue encore l'atmosphère

Bientôt de quoi -de quoi- auront nous l'air

Moi sous un masque à gaz et à poussière

j's'rai fier

 

Il faut rester vigilant face aux dangers

Qui guettent

La vie des hommes la vie des plantes et des bêtes

Sur cette planète

la mettre en miettes

Sans queue ni tête

 

 

Demain

Album :"De l'air !" (1998)

Parlé: Sur terre, si les hommes sont tous des frères,

ils forment une famille nombreuse d'humeur plutôt

belliqueuse... Une famille qui n'a de cesse de s'accroître

à toute vitesse en mettant à chaque seconde

quatre ou cinq enfants au monde.

 

A qui allons nous faire croire

Que ceux qui n'ont pas leur part

Pas leur morceau du gâteau

n'ont qu'un appétit d'oiseau

 

Est-ce qu'on peut encore rester

Très longtemps les bras croisés

A regarder nos assiettes

Quand d'autres n'ont que des miettes

 

Combien seront nous d'humains - demain oui combien

Et y'aura-t-il assez d'eau - assez de terres fertiles

Est-ce qu'il faudra se loger

Dans des cités surpeuplées

 

 

Drôle de coutume

Album :"De l'air !" (1998)

C'est une drôle de coutume

De vivre la main sur la machette

C'est une drôle de coutume

De vivre le doigt sur la gâchette

Sauve qui peut la savane

Stoppons ces safaris incessants

sauve qui peut la savane

Avant qu'on la mette à feu et à sang

 

Face aux chasseurs de tout poil

A t-il une chance l'animal ?

Avec tous ces hommes aux trousses

C'est la loi de la jungle dans la brousse

 

Si on veut un manteau

Et une paire de chaussures en croco

C'est sûr les animaux

Vont un jour y laisser leur peau

L'un tue pour le plaisir

Et l'autre tue pour se nourrir

Qui est le plus bestial

Est-ce l'homme ou bien est-ce l'animal

 

C'est une drôle de coutume

de vivre la main sur la machette

c'est une drôle de coutume

Tous les oiseaux y laissent des plumes

la la la la la la

C'est une drôle de coutume

la la la la la la

C'est une drôle de coutume

 

 

Tout le monde a besoin

Album :"De l'air !" (1998)

Tout le monde a besoin

de son ennemi de son voisin

Tout le monde est à son heure

La proie ou le prédateur

 

Alors que personne ne sème

Le désordre dans les écosystèmes

 

Attention à ne pas briser

Les chaînes alimentaires

Pas question de zapper

Si un maillon manque c'est l'enfer

 

Alors que personne ne sème

Le désordre dans els écosystèmes

 

Tout l'monde

Oui tout le'monde

A la Chaîne

C'est l'ordre dans l'écosystème

ce lien

Qui nous tient

On en a besoin

 

 

Au fond de l'océan

Album :"De l'air !" (1998)

Les océans sont dégoûtants

Il y a quelque chose à faire

Assez de paroles en l'air

De bouteilles à la mer

 

On chasse on pêche

On lance des flèches

Et on tire sur tout ce qui bouge

Alors l'Océan indien

ça devient la Mer Rouge

 

Au fond de l'eau y'a des trésors

y'a pas seulement des pièces d'or

Y'a la faune et la flore

Mais

Mais combien de temps encore

 

Les océans sont dégoûtants

il y a quelques chose à faire

Assez de paroles en l'air

De bouteilles à la mer

Dans l'Atlantique

ça tombe à pic

Et puis ça coule ça coule à flot

Le pétrole  sort à gogo

Du ventre des cargos

 

Pauvre planète

Pauvre planète

Quelle drôle de tête

Pas vraiment à la fête

C'est une pauvre planète

C'est une pauvre planète

Pauvre planète

Pauvre planète

Quelle drôle de planète

Pauvre planète

Pauvre planète

 

 

Un nouveau monde

Album :"De l'air !" (1998)

Pour que l'on puisse vivre de l'air du temps

Sans craindre la fumée les gaz d'échapp'ment

 

Respirer l'air pur à ciel ouvert

A l'abri des rayons, de l'effet d'serre

 

Comme elles sont belles ces paroles

Un peu naïves un peu folles

Un nouveau monde vient au monde

Et demain

On apprendra dans les écoles

A respecter le droit du sol

Un nouveau monde c'est fragile

ça s'entretient

Un nouveau né faut l'guider

Alors prends lui la main

 

Que chacun puisse faire de son pays

Un Eden un p'tit coin de paradis

 

Pour que les hommes puissent encore longtemps

Prendre le large et la clef des champs

 

J'fais un voeu pour qu'il grandisse

Heureux

Ce nouveau monde cette orange

Bleue

Retour  Page Inventaire  Retour à la Base thématique