Pierre Perret

horizontal rule

Sites conseillés : - Les textes des chansons de Pierre Perret

- http://www.lcr-rouge.org/archives/072999/champli.html

La cage aux oiseaux 

Album : "la cage aux oiseaux" (1971)

Ouvrez ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez-les s'envoler c'est beau
Les enfants si vous voyez
Des p'tits oiseaux prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté

Un p'tit dé à coudre
Et trois goutt' d'eau dedans
Au d'ssus du perchoir
Un os de seiche tout blanc
Et un petit piaf triste de vivre en prison
Ça met du soleil dans la maison
C'est c' que vous diront
Quelques rentiers vicelards
Des vieux schnocks
Qui n'ont qu' des trous d'air
Dans l' cigare
Une fois dans vot' vie,
Vous qui êtes pas comme eux
Faites un truc qui vous rendra heureux


(refrain)


Si vot' concierge fait cui-cui sur son balcon
Avec ses perruches importées du Japon
Ses canaris jaunes et ses bengalis
A vot' tour faites leur guili-guili
Sournoisement exclamez vous
" Dieu ! quel plumage ! "
Mais chère Madame
On vous demande au 3ème étage
Et dès que la bignole aura l' dos tourné
Même si on doit pas vous l' pardonner

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez les s'envoler, c'est beau
les enfants si vous voyez
Des petits oiseaux prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté

Le monde change 

Album : "Pierrot la révolte" (1994)

Le monde change
Comme c'est étrange
Nous avons vu un capitaine
Portant sa valise
Et un Arabe
Un gros nabab
Manquant de glaçon
Pour son whisky
Acheter la banquise
Les hommes vont jouer aux pollueurs
Sur d'autres planètes
Et les femmes déjà bercent leurs
Bébés-éprouvettes

Le monde change
Comme c'est étrange
Les pauvres phoques
Enlèvent leur froc
Pour courir plus vite
L'usine dépose
Son écume rose
Les pétroliers déroulent aux mouettes
Une drôle de moquette
On manque de sous pour la recherche
Contre le cancer
Heureusement qu'on en a pour les
Centrales nucléaires

Le monde change
Comme c'est étrange
Les députes les cardinaux
Ont tous leur sono
Même chez les rouges
On dit que ça bouge
Paraît qu'y vont faire du goulag
Un grand Disneyland
On dit que Nixon prenait
Des cours de sténo
Paraît qu'Amin Dada est mort
Pauvres asticots

Le monde change
Comme c'est étrange
Certains régimes pour la santé
Sont très contestés
En Argentine
La nicotine
Tue plus qu'à Londres ou à Lima
Question de climat
Le joueur de foot vend ses mollets
Au pris du filet
Mai soixante-huit laisse des barbus
Qui pointent au chomdu

Le monde change
Comme c'est étrange
On voit des purs
Avec des durs
S'accorder gaiement
Chacun fabrique
Sa bombe unique
Tout en prêchant
Naturellement
Le désarmement
Plus je les vois de mon balcon
Plus je pense à regret
Que ces colombes et ces faucons
M'ont l'air de vrais ...

Donnez-nous des jardins 

Album "Talents essentiels". Date de 1ère sortie "le zizi" (1973)

{Refrain:}
Donnez-nous donnez-nous des jardins
Des jardins pour y faire des bêtises
D'où on revient des p'tites fleurs à la main
Quand on a déchiré sa chemise
Des jardins d'où l'on est si contents
De rentrer les genoux tout en sang

C'est pas qu'on s'embête
En bas des H.l.m.
Mais les galipettes
Sur le ciment c'est pas de la crème
Et Pour trouver de l'herbe
Accrochez-vous bien
Comme disait un lézard vert
Qui était pas daltonien
Si on cassa les vitres
Quand on joue au football
Qu'on vous casse les pieds
Aussitôt qu'on revient de l'école
C'est qu'on manque d'espace
De piafs et de feuilles
Y a plus qu'à la caisse d'épargne
Qu'on trouve des écureuils

{Refrain:}
Donnez-nous donnez-nous des jardins
Des jardins pour y faire des bêtises
D'où on revient des p'tites fleurs à la main
Quand on a déchiré sa chemise
Des jardins aux odeurs sauvageonnes
Ça vaut celles des oxydes de carbone
Bien souvent je rêve
De bêtes et de prairies
Recherchant une trêve
A cet univers un peu gris
Je joue aux abeilles
Le vol du bourdon
Si la reine s'émerveille
Mon goûter sera bon
Les mulots gambillent
Le hibou vend des poux
Une jolie chenille
Est venue tremper une soupe aux choux
Et Un pauvre mille-pattes
Se voit déjà ruiné
Par cinq cent paires de savates
Qui ont besoin de ressemeler

{Refrain:}
Donnez-nous donnez-nous des jardins
Des jardins pour y faire des bêtises
D'où on revient des p'tites fleurs à la main
Quand on a déchiré sa chemise
Des jardins d'où l'on est si contents
De rentrer les genoux tout en sang
Dire au hérisson
Qu'il peut aller se raser
Au vieux saule pleureur
De ne pas trop se démoraliser
Et à la mante religieuse
De ne pas bouffer son mec
Que même ces dames du M.l.f.
Trouveraient pas ça correct
Quelle vie merveilleuse
Loin des marteaux-piqueurs
Des marchands de béton
Qui feraient bien mieux de vendre des choux-fleurs
Laissez pousser l'herbe
Les arbres et les fleurs
Même les ânes en ont besoin
Autant que les promoteurs

{Refrain:}
Donnez-nous donnez-nous des jardins
Des jardins pour y faire des bêtises
D'où on revient des p'tites fleurs à la main
Quand on a déchiré sa chemise
Des jardins pleins d'animaux marrants
Ça nous changerait un peu de nos parents.

Vert de colère 

Album :"La bête est revenue" (1998)

{Refrain:}
Je suis vert, vert, vert,
Je suis vert de colère
Contre ces pauv'typ's
Qui bousillent la terre,
Cette jolie terre
Que nos pères, nos
grands-pères
Avaient su préserver
Durant des millénaires.

Les rivières écument.
Les usines fument.
Les moutons mang' leurs papas
Changés en granulés.
Les déchets ultimes,
La vach'folle en prime,
Sont un p'tit cadeau du ciel
De nos industriels.

{Refrain}
Je suis vert, vert, vert,
Je suis vert de colère
Contre ces pauv' typ's
Qui bousillent la terre.

De Brest aux Maldives,
Vont à la dérive
Des poubell's radio-activ's
Jusqu'au fond des lagunes
Et, mêm' sans tapage,
Des maires de village
En enterr' dans leur commun'
Pour faire entrer des thunes.

{Refrain}
Je suis vert, vert, vert,
Je suis vert de colère
Contre ces pauv' typ's
Qui bousillent la terre.

Les blés, les patates
Sont bourrés d'nitrates.
On shoote aussi bien les veaux
Qu' les champions haut-niveau.
On s'fait des tartines
Au beurr' de dioxine.
En voiture, on a l' point vert
Pour doser nos cancers.

{Refrain}
Je suis vert, vert, vert,
Je suis vert de colère
Contre ces pauv' typ's
Qui bousillent la terre.

Sous la couch' d'ozone,
L'oxyd' de carbone
Tue nos forêts si précieus's
Autant qu'les tronçonneus's.
L'air pur s'amenuise.
Nos sources s'épuisent
Mais colorants, salmonelloses
Nous font la vie en rose.

{Refrain}
Je suis vert, vert, vert,
Je suis vert de colère
Contre ces pauv' typ's
Qui bousillent la terre.

Pour qu'y ait pas d'panique,
Leurs poisons transgéniques,
Ils les nomment "sciences de la vie"
Ou "biotechnologies".
Leur's gènes font la nique
Aux antibiotiques.
Pour guérir nos infections,
Faudra d'l'inspiration.

{Refrain}
Je suis vert, vert, vert,
Je suis vert de colère
Contre ces pauv' typ's
Qui bousillent la terre.

Tous les ans, bonhomme,
Sept milliards de tonnes
De gaz mortel CO2
S'envolent dans les cieux.
L'effet d'serr'menace.
Ça fait fond' les glaces.
La mer mont' : c'est sans danger,
Y aura qu'à éponger.

{Refrain}
Je suis vert, vert, vert,
Je suis vert de colère
Contre ces pauv' typ's
Qui bousillent la terre.
Il y a ceux qui chantent
La chanson du profit
Contre tous ceux qui aiment
La chanson de la vie.

La mondialisation 

Album : C'lui la (2002)

Tous les rapaces de la mondialisation

sont si voraces qu'on y laissera nos caleçons

Leur seul langage en réponse à nos questions 

c'est bien dommage c'est celui de la répression

 

Ils nous dictent ce qu'on aime 

Ils imposent au monde entier,

leurs films ou leurs O.G.M.

qu'on achète sans sourciller

Ils distribuent de la farine

au pays où les sous-sols 

par hasard ont du platine

de l'or, du pétrole

 

Tous les rapaces de la mondialisation

sont si voraces qu'on y laissera nos caleçons

 

Ils provoquent des famines

proposent des guerres clé en main

sans vergogne ils éliminent 

ceux qui encombrent leur chemin

Ils s'approprient l'eau la terre

et ces nouveaux stakanof

relookent les forêts primaires

en hôtel de golf

 

Tous les rapaces de la mondialisation

sont si voraces qu'on y laissera nos caleçons

 

les bras veillants qui râchètent 

aux peuples déshérités

qui ne saccagent pas la planète

leur permis d'empoisonner

Sous les arbres séculaires

des pauvres gens meurent du Sida

On adouçit leurs calvaires au Coca-Cola

 

Tous les rapaces de la mondialisation

sont si voraces qu'on y laissera nos caleçons

 

Tous les ans ils se défoncent 

pour un faire un sommet de l'union

où sans rire Ils nous annoncent

qu'ils attaquent la pollution

C'est en fait ces gros cupides 

qui se partagent les marchés

d'OGM et de pesticides

qu'ils nous font manger

 

Tous les rapaces de la mondialisation

sont si voraces qu'on y laissera nos caleçons

leur seul langage en réponse à nos questions

c'est bien dommage c'est celui de la répression

 

Je te tue 

Album : C'lui la (2002)

 

Un gentil docteur une seringue à la main

disait au coureur je te shoote pour ton bien

le sponsor veut que tu sois la diva de tous les temps

mais que tu restes vivant jusqu'à la fin du contrat

Toi le champion on te tue car les dieux du stade on faim

ils se payent ta vertu comme on s'offre une putain

ton épouse et tes enfants pleureront sur ton argent

mais tu seras mort par chance en gagnant le tour de France

 

Un parfait coquin pilotait un pétrolier

avec des marins qu'avaient jamais navigué

sa poubelle pleine de fioul éclatée sur un rocher

se déversait dans la houle et le vieux de pleurnicher

toi la mer je te tue avec le bateau crevard

d'un tolier corrompu qui court après les dollars

je tords le cou à Neptune pour engraisser quelques porcs

pour de misérables tunes je m'en vais semer la mort

 

Un anglais riait en vendant sans aucun mal

les stocks aux français de ses farines animales

ils disaient dans mon job 

je vends du Kreutzfeld Jacob

ça pourrait s'additionner

à votre sang contaminé

toi frenchy je te tue ça rapporte tant d'argent

nous t'avons bien vendu nos poisons pendant huit ans

serait-ce parce que tu es trop bête 

ou tout aussi malhonnête

que tu achetais nos saloperies

t'es comme nous aussi pourri

 

Les présidents fiers dans un bureau se partagent

le ciel et la terre en distingués géophages

les uns disent en riant si on prend vos OGM

vous oublierez certainement nos usines cancérigènes

toi planète on te tue les dieux de la consommation sont formels

y'aura plus de profits sans pollution

nos patrons la culture 

c'est pas vraiment la nature

on sait bien que ces petits bobos

mettent en rage les écolos

mais il y a de tels enjeux qu'en achetant les politiques

on vend nos viandes et nos oeufs 50% transgéniques

les profits sont si grands que l'Europe des communautés

comme pour la vache folle avant espère qu'on ne va pas l'ébruiter

Retour  Page Inventaire  Retour à la Base thématique