Sens Unik

horizontal rule

Site conseillé : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sens_Unik

Aujourd'hui

Album : "Chromatic" (1994)

Aujourd’hui, aujourd’hui, Dimanche 14 juin 2044
J’emmène mon fils io
Et qu’on visite
dans la 17ème sphère biologique
Celle qui représente une forêt Qui fut jadis ici
Belle comme les autres sources de la vie
Roulez, roulez le mot tembak
Au milieu des sapins et des peupliers
Toutes les odeurs savourées, Toutes les couleurs s’étalaient 
Sur une toile Que l’on a déchiré

Je ne retiens pas ma joie Rares sont les fois
Où je me promène Dans ce domaine
Peuplées de choses Que je ne connais pas 
Des arbres, hum !... j’en ai vu sur les vieilles photos
De grand-père
Mais lorsque leur écorce j’ai touché
Quand les chants des oiseaux 
Mes oreillers Venues caresser
J’ai rêvé de son âme, Qu’il repose en paix
Et plane au dessus des prairies de son passé
Brève fut la visite car comme des milliers de fourmis
Des gens réunis à l’entrée de ce paradis
Vestiges de ces années où l’on pouvait encore respirer

Eh,… plus que dix minute à me taper
Cette saleté de processeur cybernétique
J’en ai assez
Je ne suis pourtant qu’en 4ème semestre virtuel
Et dire que dans les années 90
Mes camarades auraient été réels
De même que le ciel
Juste avant que notre planète Gaïa ne se rebelle

Déjà 19h. j’ai encore trois bornes d’Oxygène à contrôler
Dans le secteur
Bip bip… Mon seuil est cortiso-logique
M’indique que le niveau de CO2 a encore baissé
Pour ceux que l’on a délaissé dans le mode du dessous
Comme des rats doivent subsister
Air vicié air recyclé
Tel est le but que la SFAO s’est fixé
Et grâce à mon poste au sein de cette société
Une borne personnelle je me suis vu attribuer

Pa s de la mousse de protéine au menu de ce soir
Souper raffiné
Mon père doit passer à la banque abattoir
Viande de bruffle ou bef, bœuf.. je ne sais plus
Cet animal a des cornes qui jadis tiraient des charrues
Au milieu des champs ensoleillés
Des plaines recouvertes de fleurs par milliers
Où j’aurai pu alors sans crainte me balader, respirer…

Han ! Han !... Encore un de ces cauchemars et le reflet de l’histoire
Dans les miroirs de ma mémoire
Depuis cette année où tout s’est écroulé
Où Hostile, la terre s’est ouverte sous nos pieds
La pierre devenue sable
La glace devenue eau
La mort sur nous est venue déposée son manteau
Inutile de tenter de refermer les yeux cette nuit
Comme tant d’autres fois
Je suis bien trop soucieux
J’ai peur pour ma descendance
Le fruit de mes entrailles
L’avenir en décadence devant lui
Se redressera comme une muraille
L’homme confronté à la nature
Jamais ne remportera la bataille

L’Homme comme toutes les races a un ennemi
Mais il se trouve face à sa face lorsqu’il se trouve face à lui
Un à un il a brisé les chaînes de la grande chaîne du cycle naturel de la vie
Trop, beaucoup trop, beaucoup trop persuadé d’avoir été privilégié 
Par l’Eternel, une intelligence qui l’a éloigné de l’essentiel
Il n’est qu’un organe parmi les autres de Gaïa la belle
Scié la branche sur laquelle il était perché
Mais l’arbre lui a résisté
Et c’est avec elle que de lui je peux vous parler
Aujourd’hui par sa faute je ne peux plus…

 

Retour  Page Inventaire  Retour à la Base thématique