Tagada Jones

horizontal rule

Site officiel : http://tagadajones.com/intro2.php

Sites conseillés : http://tagadajones.propagande.org/

http://www.confederationpaysanne.fr/

L'alternative

Album : CD "Paysâme" édité par la Confédération Paysanne (2006)

Je n’en peux plus de ce rouleau compresseur dans notre économie
De cette machine de guerre qui écrase toujours et à tout prix.
D’un silence beaucoup trop long complice d’exactions,
Je crois qu’il est temps mes amis sans aucune concession que l’on passe à l’action !
Depuis les années 30 on ne pense plus qu’à moderniser
Avancer, profiter, piller même de pauvres étrangers
Devenir le fleuron de toute la nation
Sans se poser la question : qui paiera l’addition ?
Au début ça paraît simple,
Il suffit d’avancer,
Mais au fur à mesure, ça devient de plus en plus dur,
A force d’abuser, tout finit par céder !
Et pourtant
L’alternative est là juste devant nous
A quelques mètres, quelques pas de leurs machines à sous,
Arrêtons de croire aux idées capitalistes
Quand tous les jours, des hommes et des femmes périssent !
Dès aujourd’hui déclarons la guerre
A l’intensif, aux modes alimentaires,
Inversons la vapeur, il faut faire marche arrière !
Redonnons un peu de couleur à cette pauvre terre.
Personne n’osait l’imaginer,
Et pourtant eux l’ont fait,
Organismes génétiquement modifiés
Pour notre bien être pour notre santé.
Et tant pis pour tous ceux qui viendront après,
Tant pis pour la terre, ou l’air
Car au nom du progrès,
Ils vendraient même leurs propres mères
Car de l’humanitaire ils n’en ont que faire.

Ecowar

Album : "l'envers du décor" (2003)

Production et rentabilité ne laissent pas de place pour la qualité,
Pas de pitié sur le marché, l'économie doit tout dévorer,
Aujourd'hui encore, les aliments proviennent de la terre,
Mais depuis quelques années, la productivité leur a déclaré la guerre

Entre bouffer et se nourrir, il reste un grand pas à franchir,
Une nouvelle fois j'accuse le progrès pour tout le mal qu'il a fait,
Et petit à petit l'agronomie a conquis le pays,
Pas à pas elle nous envahit, de ses marques et de ses produits.

Continuons sans pitié à défendre la qualité
Le biologique, le vrai, l'agriculture raisonnée
Arrachons, piétinons le génétiquement modifié
Boycottons sans modération, Monsanto et ses aberrations.

Allons de l'avant, agissons maintenant,
Poussons l'offre et la demande dans ses derniers retranchements,
Rien qu'une fois, regardons les choses du bon côté,
Il semblerait que l'on essaye
D'effacer la suprématie actuelle de l'hyper-productivité,
D'enrayer l'engrenage bien pensé, la machine à consommer,
Le gigantesque supermarché qu'est notre société,
On se doit de revenir en arrière, et défendre l'éthique des cultures en jachère.
Pas de soucis, je veux bien payer le prix,
Mais pas les marges astronomiques de toute notre industrie

Pas de soucis, je veux bien payer le prix,
Car la planète vaut plus que l'économie.
Pas de soucis, je veux bien payer le prix,
Mais pas les marges astronomiques de toute notre industrie.

Boycottons, Boycottons sans modération, continuons sans pitié à défendre la qualité.
Défendons, soutenons, le biologique, le vrai, l'agriculture raisonnée
Boycottons, Boycottons sans modération, arrachons, piétinons le génétiquement modifié
Boycottons sans modération, Monsanto et ses aberrations.

Pas de soucis, je veux bien payer le prix,
Car la planète vaut plus que l'économie.
Pas de soucis, je veux bien payer le prix,
Mais pas les marges astronomiques de toute notre industrie.

Cargo

Album : "Le feu aux poudres" (2006)

Un gigantesque cargo poubelle
Perdu dans une mer déchaînée,
Sous l’effet de la houle,
Commence à céder,
May day, May day, à deux doigts de couler,
déjà trop tard, c’est avant qu’il faut s’inquiéter

L’or noir commence à couler à flot,
C’est peut-être pas nouveau, mais encore une fois de trop
Et qui fera l’effort de se baisser encore,
Pour ramasser par pelle, vos putains de poubelles

On ira tout torcher quand même,
Car cette terre en vaut bien la peine,
Malgré le vent, malgré la tempête,
Nous balayerons la merde de notre planète !
On ne le fera sûrement pas pour vous,
Ni pour une médaille, ni pour un sou,
Croyez-le ou pas, malgré vos avocats
Un beau jour on vous le rendra !

Un beau jour on vous le rendra !

L’idée du pollueur, payeur,
Utopie qui nous plaît bien,
Mais nous ne sommes pas assez fous
Pour croire en tous vos baratins,
A chaque fois c’est pareil,
un peu d’émotion télévisée,
Et quelques paroles en l’air
Devraient suffire à nous calmer.

A chaque fois c’est pareil,
Un peu d’émotion télévisée,
Et quelques paroles en l’air,
Devraient suffire à nous calmer..

On ira tout torcher quand même,
Car cette terre en vaut bien la peine,
Malgré le vent, malgré la tempête,
Nous balayerons la merde pour notre planète !
On ne le fera sûrement pas pour vous,
Ni pour une médaille, ni pour un sou,
Croyez-le ou pas, malgré vos avocats
Un beau jour on vous le rendra !

Polluée par le fric

Album : "Plus de bruit" (1999)

Les grandes industries nous parlent de recycler
Les hommes politiques luttent contre les déchets
De colloque en meeting, l'ozone disparait
L'océan, la poubelle du monde, se remplie (de saloperies)

Les agriculteurs tuent la nappe phréatique
Toutes les rivières noient les produits chimiques
De vastes décharges camouflent nos détritus
Peu à peu la Terre s'autodétruit

Stoppez les devises biologiques
Arrêtez la pollution chimique
Stoppez les discours sans avenir
Arrêtez, il va falloir agir
Il faut s'attendre au pire

Les gros portes-feuilles polluent l'environnement
Qu'est-ce qu'un hectare de terre face à l'argent
Quand un permis se paye en million de francs
Pendant ce temps la Terre se détruit
Pollué par le fric et la connerie

DANGER industries chimiques
DANGER hommes politiques
A grand coups de pelles dans une grande poubelle
DANGER la Terre: contaminée !!!
POLLUEE PAR LE FRIC

 

 

Retour  Page Inventaire  Retour à la Base thématique